Editions Allia

Spoon River
Et vous restez planté là, puant le sang et la mort !

octobre 2016 - prix: 10 €
format : 115 x 185 mm
192 pages
ISBN: 979-10-304-0569-9


Extrait de "Spoon River"

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Spoon River

Edgar Lee Masters

"J’incarnais la loi au même titre qu’Harmon Whitney,
Kinsey Keene ou Garrison Standard.
Pendant trente ans, à la lumière d’une lampe,
J’ai statué sur les droits de propriété
Dans la salle de poker du théâtre municipal.
Et je peux vous dire que la vie est une joueuse hors-pair.
Impossible de rivaliser avec elle.
Aucun maire vivant n’a le pouvoir de fermer son tripot.
Et si vous perdez, vous pouvez toujours crier ;Jamais vous ne récupérerez votre mise.
Difficile avec elle de marquer des points :
Elle brouille les cartes pour vous plumer
Au lieu de vous affronter à la loyale.
Votre temps de jeu est de soixante-dix ans :
Au-delà, si vous n’avez jamais gagné,
C’est sans espoir.
Alors, si vous perdez, quittez la salle…
Votre temps est écoulé."
Une rumeur gronde depuis les tombes du cimetière de Spoon River. C’est la voix des morts. Depuis l’au-delà, les habitants ensevelis retracent dans des mots taillés à la serpe la cause de leur décès.
Règlement de comptes et autres aveux dépeignent une véritable fresque sociale. De la femme trompée au juge déwchu, le ressentiment se répand comme une traînée de poudre. Entre ses allées, le calme n’est qu’apparent, la rancoeur n’aura de cesse de perturber un repos éternel. Chef d’orchestrede ces voix, Edgar Lee Masters signe là un roman extrêmement original au ton férocement satirique,
qui repose sur une mise en perspective des monologues au moyen d’échos et d’allusions croisées. Mais ce n’est pas tout : il compose du même coup de véritables poèmes en vers libres, qui tiennent de l’épigramme et prennent le contre-pied de l’éloge funèbre. Passions et rancoeurs animent ce microcosme, allégorie de toute l’Amérique, loin de tout cliché bucolique. Foudroyant.
Traduit de l'anglais par Gaëlle Merle.

Cabinet de curiosité

Le travail du fragment

Tentation du vide

  • Le flâneur poursuit ce que l'errant fuit.

    Lieu commun

  • Le suicide ! mais c'est la force de ceux qui n'en ont plus, c'est l'espoir de ceux qui ne croient plus !

    Contes sur le suicide

  • Le soleil se couche mais se relève aussitôt.

    Larsen