Editions Allia

Essai sur l’art de ramper, à l’usage des courtisans
Un bon courtisan ne doit jamais avoir d'avis.

février 2010 - prix: 3,10 €
format : 90 x 140 mm
48 pages
ISBN: 978-2-84485-333-2 Existe aussi aux formats ePub et PDF


Extrait d'Essai sur l'art de ramper,
à l'usage des courtisans

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Essai sur l’art de ramper, à l’usage des courtisans

Paul-Henri, Baron d'Holbach

“Quel art, quel empire sur soi-même ne suppose pas cette dissimulation profonde qui forme le premier caractère du vrai courtisan ! Il faut que sans cesse sous les dehors de l’amitié il sache endormir ses rivaux, montrer un visage ouvert, affectueux, à ceux qu’il déteste le plus, embrasser avec tendresse l’ennemi qu’il voudrait étouffer ; il faut enfin que les mensonges les plus impudents ne produisent aucune altération sur son visage.”
Le propre de l’ironie est le double discours. Sous la forme elle-même ambiguë de l’essai, d’Holbach fait ici l’apologie de l’art singulier de ramper, nécessaire au maintien du courtisan dans la Cour du Roi. Art du maintien, de la bonne façade et du savoir-vivre hypocrite, ramper est une manœuvre subtile, fondée sur l’abnégation. D’Holbach moque l’intelligence des conventions sociales, tissées d’hypocrisie et d’arrivisme. Car c’est n’avoir que peu d’orgueil et de passion que de devoir revêtir le costume de l’hypocrite pour, au fond, conforter le pouvoir des puissants. La position de l’auteur à l’égard de ces courtisans n’a d’égale que celle des courtisans face à leurs pairs et à leur maître. En décrivant les masques dont doit se revêtir le courtisan, d’Holbach met bas les mécanismes mêmes de la dissimulation et de la pantomime.


Un vent de nausée