Editions Allia

Le Travail du dessinateur
Le monde m'apparaît comme un labyrinthe. Je veux y trouver mon chemin et c'est en dessinateur que je dois le faire.

janvier 1999 - prix: 7 €
format : 100 x 170 mm
144 pages
ISBN: 2-911188-96-2


Inventaire de la collection
Extrait du "Travail du dessinateur"

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Le Travail du dessinateur

Alfred Kubin

C'est à partir de la veille que nous évaluons le rêve ! J'ai plutôt envie de ne la considérer que comme un sommeil plus rigide et plus lumineux. Cet abîme qui semble sans fond et qui sépare les deux empires de la vie de notre âme est sans doute la source de tout ce qui arrive. Un être monstrueux et énigmatique s'y manifeste de façon créative. Ses profondeurs éternelles se déchirent et elles explosent en surface. Le rêve dispose d'une capacité de transformation des plus déconcertantes et d'une richesse des plus exubérantes, la richesse qu'offrent les surprises de la sensation et du sentiment. Dans les moments les plus forts de la veille, nous pouvons aussi être troublés par les merveilles sublimes et suggestives d'un monde qui au premier regard semble pourtant compact et capable de résister aux investigations les plus élémentaires.
Ce recueil rassemble tous les écrits que Kubin a consacrés au dessin. Jamais peut-être avant lui on n'avait accordé pareille place à cet art, traditionnellement tenu pour mineur. Kubin s'y révèle non pas "moderne", mais plutôt d’une éternelle inactualité, tant sa singularité esthétique, laquelle se confond avec la quête d'un fondement métaphysique du dessin, semble défier les modes et le temps. Il y aborde en particulier la place du rêve dans son œuvre, évoque sa visite dans un hôpital psychiatrique où il découvre les travaux des malades – auxquels les historiens de l'art commencent alors tout juste à s'intéresser –, enfin il décrit le procédé même du dessin, sa fulgurance. "Sceau de l'âme", le coup de crayon jeté sur le papier répond à une pulsion artistique, qui n'a ici d'égale que la limpidité avec laquelle Kubin l'a fait intimement sentir à son lecteur.
Traduit de l'allemand et suivi de Le Parti pris du dessin par Christophe David.
Édition illustrée

Théories du sensible

La vie à la merci de la plume

  • Il est certain pour moi que c'est l'imagination qui imprime son sceau sur ma vie.

    Ma vie

  • La mélancolie viennoise n'existe plus : c'est là désormais l'objet de sa mélancolie.

    Amorbach

  • Puis, miraculeusement, le départ. La quintessence de la fuite.

    KO à la 8e reprise