Editions Allia

La Déshumanisation de l'art
J'ai déjà dit qu'il s'agissait de questions impertinentes.

août 2011 - prix: 6,20 €
format : 100 x 170 mm
96 pages
ISBN: 978-2-84485-935-8 Existe aussi aux formats ePub et PDF


Inventaire de la collection
Extrait de La Déshumanisation de l'art

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

La Déshumanisation de l'art

José Ortega y Gasset

"Si le nouvel art n'est pas intelligible à tout le monde, cela signifie que ses ressorts ne sont pas ceux du genre humain. Ce n'est pas un art pour les hommes en général, mais pour une classe très particulière d'hommes qui, même s'ils ne valent pas plus que les autres, sont de toute évidence différents."

Jean Cassou disait d'Ortega y Gasset qu'il ne craignait pas la frivolité, voire la recherchait. Ce n'est pas le moindre des paradoxes, quand on lit ce texte-ci, mélange de critique "sérieuse" et de fascination-répulsion pour un art désormais futile aux yeux de l'auteur. Ortega y Gasset s'attaque en effet à une tendance de l'art de l'époque (ce texte est publié pour la première fois en 1925) à éliminer la figure humaine de ses sujets au point de devenir autocritique, voire un jeu entre artistes. Cela conduit à le rendre impopulaire. Dégagé du sérieux et de tout pathos, l'art perd sa transcendance au profit de la superficialité, du divertissement. Il est désormais élitiste, il exclut les masses. Il est le symptôme d'une crise culturelle, qui annonce la décadence d'une société de plus en plus tournée vers le spectacle. En effet, l'art finit par se vider de tout contenu: "Tout comme dans un système de miroirs qui se réfléchissent indéfiniment les uns dans les autres, aucune forme n'est la dernière. Toutes sont moquées et réduites à pure image."

Traduit de l’espagnol par Bénédicte Vauthier et Adeline Struvay.

La fin de l'art

Hurlement prophétique

Bilan en forme de bombe