Editions Allia

La Grève des électeurs
Les moutons vont à l'abattoir, ils ne disent rien, eux, et ils n'espèrent rien.

mai 2009 - prix: 3,10 €
format : 90 x 140 mm
48 pages
ISBN: 979-10-304-0501-9 Existe aussi aux formats ePub et PDF


Extrait de "La Grève des électeurs"

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

La Grève des électeurs

Octave Mirbeau

“Comment peut-il arriver qu’il se rencontre quelque part un bonhomme assez stupide, assez déraisonnable, assez aveugle à ce qui se voit, assez sourd à ce qui se dit, pour voter bleu, blanc ou rouge, sans que rien ne l’y oblige, sans qu’on le paye ou sans qu’on le soûle ?”
Le 28 novembre 1888, Octave Mirbeau signe dans Le Figaro un article intitulé La Grève des électeurs. Un tel manifeste en faveur de l’abstention serait aujourd’hui impensable. Pour autant, il ne cherche point à inoculer le vice du désengagement mais à dénoncer la mystification du système électoral qui pare de la légitimité du vote les extorsions des puissants. Ce n’est pas l’idée de démocratie qu’il critique mais sa pratique au sein de la République ; les institutions abêtissent l’électeur tout en lui demandant son aval. L’anarchisme de Mirbeau fait de l’individu le centre à partir duquel la République doit être interrogée. Il prend à partie l’électeur, qu’il tutoie, sur l’absurdité de sa contribution au grotesque spectacle de sa quête aux suffrages. Par l’humour et la dérision, il attente à la respectabilité des institutions, dénonce “la protection aux grands, l’écrasement aux petits”. Si Mirbeau n’érige pas d’utopie dans cette critique radicale, il nous lègue les armes capables de nous défaire du conditionnement qui annihile le plus faible ; vision suffisamment juste pour qu’elle nous dérange encore plus de cent ans plus tard !
Suivi de Les Moutons noirs par Cécile Rivière.

Enfer des institutions