Editions Allia

Le Manuscrit de 1942

Werner Heisenberg

“Cette région la plus intérieure dans laquelle la science et l’art ne peuvent plus guère être distingués l’un de l’autre est peut-être pour l’humanité d’aujourd’hui le seul lieu où elle soit en face d’une vérité entièrement pure, qui ne soit plus dissimulée par les idéologies ou les désirs humains.”
Ce texte se présentait initialement sans titre ni date, Heisenberg l’ayant distribué à quelques proches seulement, sous le sceau du secret, en raison des critiques qu’il contenait à l’encontre du régime nazi. À cette époque, il est engagé dans un travail dans le domaine de la théorie des particules élémentaires. À travers l’exposé des théories de la physique quantique, qui bouleverse notre mode de pensée en introduisant le concept apparemment paradoxal de “loi d’incertitude”, c’est le problème général de la connaissance qu’il choisit d’aborder, posant notamment la question de la responsabilité du savant face au politique. Il examine en conséquence la répercussion, dans les disciplines traditionnelles comme dans l’existence quotidienne de chacun, de cette “nouvelle position à l’égard de la réalité” qu’induisent les sciences contemporaines.
Traduit de l'allemand par Catherine Chevalley.

Mystère de la matière et des substances